Confinement ? Du loisir au travail…

Le télétravail s’est brutalement installé dans le quotidien de nombreuses personnes. La gestion d’un quotidien rythmé au timing du bureau n’est pas évident lorsqu’on est chez soi, dans un environnement où les parasites se multiplient contre l’efficacité. En tant que navigatrice, Cécile Laguette n’échappe pas au télétravail mais que signifie réellement ce terme pour une sportive professionnelle ?

En tant que skipper de course au large en solitaire, le quotidien de Cécile Laguette elle le passe majoritairement à l’extérieur.

“70% du temps, on le passe sur l’eau. Entre les entrainements, les courses ou encore les convoyages.”

Cécile Laguette, nostalgique du temps de sons quotidien avant confinement

Cela signifie qu’il y a tout de même une partie de préparation à terre où les marins comme Cécile Laguette ne se reposent pas d’un petit doigt. Elle précise :

A terre, on doit gérer encore beaucoup de choses comme la préparation physique qui prend beaucoup de temps. On prend aussi la casquette du chef d’entreprise avec tout ce qui englobe la gestion du projet.”

Puis en pleine saison, en amont de chaque course, il y a toute la logistique liés aux courses ainsi que la préparation des parcours de courses à mettre en oeuvre. Cela prend du temps pour les skippers, ainsi par faute de temps quelques tâches sont parfois délaissées.

Du temps ? Comme un grand nombre, Cécile en a dorénavant davantage ! Elle nous raconte comment mettre à profit cette période de confinement :

Arrives-tu toujours à naviguer ?

En ce moment non, ce n’est plus possible. Un nouveau communiqué de la Fédération Française de Voile interdit toute activité nautique jusqu’au 3 Mai.

Cécile travaille tout en jouant avec Virtual Regatta

Avais-tu déjà utilisé Virtual Regatta avant cette période de confinement ?

Non jamais auparavant mais c’est une jolie découverte !  Je m’en sers pour travailler la météo et la stratégie. Je devais participer à La Solo Maître Coq, or j’ai finalement pris le départ en virtuel. J’ai adoré ! Je suis devenue un peu accro, à vrai dire… J’ai récupéré les polaires utilisées dans le jeu et avec les fichiers météo que Virtual Regatta utilise. J’arrive alors à créer de nouveaux routages pour voir le meilleur choix de route.

Par contre, il ne faut rien lâcher comme en mer… car il suffit le temps d’un dîner pour te retrouver dans le pont d’Yeu ou encore de s’écarter sérieusement de la bonne route. Je sais de quoi je parle !

Je considère cet outil comme du travail ludique qui me permet d’améliorer mes tactiques. Je participe aussi à la “Grande Evasion” sur Virtual Regatta, en Ultim et Class 40. Pour être honnête je ne mets pas de réveil la nuit, mais plutôt des waypoints ou des consignes en fin de soirée avec la sortie des nouveaux Gribs puis je dors… Je ne vais pas me mettre en dette de sommeil maintenant, il faut être au taquet dès qu’on pourra sortir naviguer.

Est-il facile pour toi de scinder ta journée et dissocier ton travail de tes loisirs ?

Je scinde plutôt entre travail et sport : Je suis de nature curieuse, j’en profite donc pour apprendre de nouvelles choses autant professionnellement que personnellement, je lis beaucoup d’articles… Et quand je veux changer d’air, course à pied (dans la mesure des autorisations), circuit crossfit et yoga.

Considères-tu plus ton entraînement physique comme du loisir ou du travail ?

Hmmm les deux ! C’est tellement ancré dans mon hygiène de vie, que c’est à la fois un besoin, comme une nécessité et aussi une bonne dépense énergétique, notamment en ce moment. Mais ce n’est pas  toujours facile loin de là. Seulement, pour progresser, il n’y a pas de secret, il faut savoir se faire mal !

Tags:

No Comments

Post a Comment